• ACCUEIL
  • OBJET
  • REGION/CIBLES
  • ACTIVITES
  • S’ENGAGER
  • RESSOURCES
  • DONS
  • BLOG

Posted jeudi février 16, 2017 by Tawaangal

DÉVELOPPEMENT EN CONTEXTE DE CONFLIT AU SAHEL

DÉVELOPPER LE PASTORALISME ET LA PAIX

Combattre l'insécurité alimentaire

« Il y a un lien clair entre la faim et les conflits, et entre la sécurité alimentaire et la paix en Afrique. (…) Investir dans la sécurité alimentaire au Sahel est également un investissement pour un avenir pacifique et plus stable ». José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO

il a été montré qu’au Sahel en particulier, d’une part « les conflits communautaires tendent à se déclarer lors d’une résurgence de l’insécurité alimentaire chronique », et que d’autre part « l’amélioration de la sécurité alimentaire peut réduire les tensions et contribuer à des environnements plus stables »

Les conflits violents au Sahel sont favorisés par les fragmentations des sociétés sahéliennes. Elles découlent du manque de développement économique et social. Aux vulnérabilités identitaires et politiques s’ajoute une grande vulnérabilité économique et environnementale. Tous les pays sahéliens, sont depuis longtemps classés par les Nations Unies dans la catégorie des « Pays les moins avancés » (PMA).

Les actions en faveur du développement, aussi nécessaires soient-elles, n’ont que peu d’effets à très court terme. Pour faire reculer la violence il faut que les populations retrouvent un espoir de progrès et reprennent confiance dans le rôle de l’État. C’est pourquoi il faut associer des actions urgentes aux actions de développement pour que les populations perçoivent les bénéfices de la cessation de la violence.

Les actions sociales sont le socle sur lequel pourront s’appuyer des actions de développement. La désaffection des jeunes pour l’élevage est criante et l’amélioration des conditions de vie des éleveurs (écoles, centre de santé, points d’eau à des distances raisonnables) est importante, compte tenu de la richesse que représente le cheptel.

Selon Olivier Ray, responsable de la cellule « Crise et conflits » de l’AFD, la majorité des conflits en Afrique sont d’origine foncière, du fait, d’une part, d’une incertitude sur le corpus juridique applicable, d’autre part, de la défaillance de la gestion du cadastre.

Ces conflits du quotidien, susceptibles de dégénérer en violences graves lorsque des armes circulent en grand nombre, prennent la forme d’affrontements entre les populations pastorales et agricoles. Bien qu’ancien, ce type de conflits semble en accroissement du fait de la pression démographique croissante et de la dégradation progressive des conditions climatiques. Ces phénomènes conduisent en effet à un accroissement des migrations régionales des populations pastorales vers le sud à la recherche de moyens de subsistance.