• ACCUEIL
  • ASSOCIATION
  • STRATEGIE
  • CONTEXTE/CIBLES
  • ACTIVITES
  • S’ENGAGER
  • RESSOURCES
  • DONS

LES PASTEURS NOMADES

LE PASTORALISME COMME MODE DE VIE

Une sagesse axée sur le courage

Le pastoralisme relève d’un système de vie. La mobilité, en tant que mouvement vers l’inconnu ou dans un environnement hostile et célébré comme tel, est source de valorisation sociale et vue comme un fait nécessaire indispensable à la survie du groupe. Dans son rapport direct au milieu naturel, le pasteur se confronte à un certain nombre de risques, dont les risques sanitaires du bétail, les risques liés à la prédation par les fauves, les risques liés aux contraventions résultantes des infractions et les risques de conflits avec les agriculteurs. De nombreux éleveurs considèrent qu’au-delà de la recherche du bien-être pour leur bétail, la transhumance constitue un défi que seuls peuvent relever les bergers braves et authentiques.

En juillet 2007, la Commission de l’Union africaine, en collaboration avec l’OCHA de l’ONU, a lancé l’initiative pour une politique pastoraliste, afin de développer un cadre politique répondant aux enjeux et aux besoins des communautés pastoralistes.
L’initiative visait en outre à favoriser la reconnaissance officielle des éleveurs pastoraux, à protéger leur subsistance et à promouvoir un engagement continental en faveur du développement politique, social et économique des éleveurs.
Sur la base des consultations approfondies d’experts menées depuis 2007, le cadre politique pour une politique pastoraliste en Afrique de l’Union africaine, adopté par l’Assemblée de l’UA des chefs d’État et de gouvernements en février 2011 à Addis-Abeba, en Éthiopie, est la première initiative politique continentale visant à assurer, protéger et améliorer la vie, la subsistance et les droits des éleveurs pastoraux africains.
Ce cadre politique est une plateforme de mobilisation et de coordination de l’engagement politique pour le développement pastoral en Afrique et met en lumière la nécessité d’impliquer pleinement les éleveuses et éleveurs pastoraux dans les processus de développement national et régional dont ils sont supposés bénéficier.
Ce cadre met également en exergue la nature régionale de nombreux écosystèmes pastoraux en Afrique et donc la nécessité de soutenir et d’harmoniser les politiques entre les communautés économiques régionales et les États membres de l’UA. Convertir ces stratégies et ces objectifs en résultats concrets demeure difficile.

Cadre politique en soutien au pastoralisme en Afrique – Abebe Haile Gabriel, Directeur, Commission de l’Union africaine, Economie rurale et Agriculture

Législation pour le pastoralisme et certificat de transhumance de la CEDEAO – Boureima Dodo, Secrétaire Permanent technique, Réseau Bilital Maroobe, Afrique de l’Ouest

Écoles pastorales de terrain et éducation de proximité dans le cadre du changement climatique; Joep Van Mierlo, Directeur, Vétérinaires sans Frontières