Le pays et territoire nomade

pastoralisme nomade

Cet article a pour but de vous faire savoir ce qu’est un territoire nomade, qui ne correspond pas à l’idée que l’on se fait d’un territoire de nos jours. Il s’agit de la notion d’écoumène. L’écoumène est l’ensemble des espaces occupés par l’homme, mais aussi la relation de l’homme à cet espace.

Etat des lieux des ressources

Au Sahel, l’élevage existe sous diverses formes, mais l’élevage mobile reste le plus courant et le plus populaire. L’accès à l’eau a subi de profondes transformations : conflits croissants avec les agriculteurs, usage des puits comme marquage foncier, multiplication des puits cimentés et forages avec des problèmes de maintenance et de gestion, marchandisation des puits. Divers modes de gouvernance s’immiscent de plus en plus dans l’hydraulique pastorale, les communes, les projets de développement, les associations d’appui à l’élevage.

Etat des lieux de la sécurité

En dépit de toutes ces contraintes et incertitudes, le pastoralisme et sa mobilité jouent un rôle essentiel dans l’économie rurale des ménages et dans la lutte contre la pauvreté. La montée de l’insécurité grandissante, rend plus complexe la mobilité et compromet l’économie pastorale. Le conflit récent au Mali vient aggraver la situation d’insécurité. Ces menaces récurrentes et violentes constituent un frein au développement du pastoralisme dans les pays sahéliens malgré que la transhumance qui concerne 70 à 90% du cheptel bovin sahélien

Les grands nomades peuls

Les Peuls possèdent des troupeaux de bœufs, chèvres et moutons et  n’admettent pas qu’on puisse en faire objet de trafic : toutefois ils se dessaisissent d’une tête de bétail lorsqu’ils ne peuvent pas faire autrement pour acheter un peu de sel ou pour se vêtir.  Si le Peul élève son bétail en vue du commerce et d’une production de type capitaliste, sa vie, ses habitudes vont se trouver modifiées, de nomade il deviendra sédentaire, il perdra son indépendance et son autonomie alimentaire.

Le territoire de nomadisation

Le territoire, est une appropriation qui représente les liens affectifs qui unissent une communauté à un espace. Le territoire nomade comporte de nombreux repères. Le territoire des pasteurs nomades ou son « aire de nomadisation », est l’espace exploité par un groupe d’éleveurs et ses troupeaux. C’est un espace individualisé à l’intérieur duquel s’effectue, selon un cycle annuel, le déplacement d’un nombre constant de troupeaux et de la population qui les accompagne

Un territoire mouvant

Ce territoire reste mouvant en fonction de la précarité des ressources hydrauliques et fourragères. Les aires de nomadisation comportent le plus souvent une double exploitation de l’espace. Pendant les neuf à dix mois de saison sèche, les parcours sont exploités par des mouvements de faible ampleur. Lors de la courte saison des pluies, les éleveurs se rendent avec leurs troupeaux dans des zones de pâturages à haut rendement : c’est la «cure salée» estivale, riche de pâturage, de terres salées et natronées, et de sources minéralisées. C’est, pendant une brève période, une concentration de troupeaux venus de tous les horizons, dans une région bien délimitée et peu étendue, aux frontières du Sahara.

Les bourgoutières

Dans la région du Delta central du Niger, au Mali, les éleveurs peuls et touaregs,  qui sont dispersés sur des parcours extérieurs à la zone inondée, se concentrent dans les riches pâturages de bourgou, lorsque la décrue se produit de décembre à juin. Ces parcours à haut rendement permettent une exploitation selon un calendrier précis au cours de la longue saison sèche, alors que les concentrations sur les marges du Sahara ont lieu pendant la brève saison des pluies  ; dans les deux cas les troupeaux des différents utilisateurs sont imbriqués lorsque les pâturages autorisent ces grandes concentrations. Le territoire nomade, rarement clos, se prolonge souvent vers des lieux qui lui sont extérieurs.

Le territoire est pour le nomade un espace maîtrisé, dont il connaît toutes les ressources; il est jalonné de repères précis, sites préhistoriques, tombes de saints, lieux de batailles célèbres, puits et mares. Ce territoire où il a son campement incarne un univers mobile et libre. Le territoire n’est jamais figé et peut à tout moment être déplacé et reconstruit : il représente la liberté de réajustements toujours possibles sous la pression d’événements nouveaux.