Les bijoux touaregs

bijoux touaregs du Niger

BIJOUX TOUAREGS

La bijouterie traditionnelle

La transformation des métaux est investie de significations culturelles majeures. Ce travail est presque toujours l’apanage des fondeurs spécialistes et forgerons.

Les hommes qui maîtrisent le feu ont une place particulière dans la pensée symbolique.

Les métaux travaillés de manière artisanale possèdent des propriétés mécaniques et physiques exceptionnelles. Pour travailler l’argent, il faut une maîtrise, une écoute ainsi que beaucoup de patience. 

bijoux touaregs

LES FORGERONS INADANS

Dans les sociétés touarègues du Sahel, les artisans des métaux représentent un groupe à part, nommés souvent «les forgerons ou inadans».

Ils échappent à la hiérarchie sociale, et jouent aussi un rôle d’intendant ou d’ambassadeur pour le campement.

Ces forgerons travaillent avec des outils rudimentaires, pour fondre le métal, le découper, le graver. Ils s’appliquent dans le polissage et se concentrent avec grande une attention dans le choix des motifs.

Evolution de l'artisanat

Au contact de touristes occidentaux, les forgerons diversifient leur production en proposant de nouveaux bijoux et en améliorant la qualité et la finition de leurs articles.

En France ils participent à des salons et des expositions et où ils se rendent toujours vêtus de leurs habits traditionnels, les artisans forgerons s’appuient sur leur réseau d’amis.

Symbolique des bijoux

Les ethnologues occidentaux voient dans l’art et l’artisanat touareg une sorte de langage codé, régulier et bien défini.

En effet, dans le passé, les touaregs accordaient une importance non négligeable aux signes. Certains symboles étaient sensés avoir un pouvoir protecteur, essentiellement contre le mauvais œil et les djinns habitants le désert. 

La symbolique des boucles d’oreille « tesabit », pendues ou posées, anneaux ouverts renvoient, d’après certains anthropologues, aux cycles du cosmos et du mode de vie nomade, au déplacement et à la solitude.

Les bijoux touaregs sont féminins, mais certains sont masculins ou mixtes, comme les bagues, les croix et les talismans, les «  tsherot » (message écrit en tamachek), créés pour une personne en particulier dans un objectif de protection, il contient des formules.

bijoux touaregsLes bijoux peuvent être rassemblés en magnifique parures pectorales féminines appelées « terewt ».  Ce pectoral imposant est l’élément essentiel de la parure des femmes lors des grandes fêtes et des mariages.

Il a également une fonction protectrice, car le triangle est considéré comme un signe prophylactique on le retrouve souvent dans les parures touarègues. Des pendeloques triangulaires accrochées au bas du pendentif porte le nom de tishatshatin. Ils protègent du mauvais œil.

De manière plus générale, les Touaregs associent au métal une charge symbolique de protection.

L’immense majorité des bijoux est en argent.

Les graphies possèdent des significations comme par exemple, les zigzags, que l’on retrouve nombreux sur toutes les parties des bijoux, évoquent souvent des chemins, des déplacements, une clôture ou l’écoulement du sang, des liaisons ou des séparations sur un territoire.

L’orifice central, que l’on ne trouve que sur certains bijoux, représente la femme ou une tente qui on le sait est la propriété de la femme.

La croix d’Ingall – Tanfuk tan’ Azref

La croix d’Agadez -Teneghelt

La teneghelt est un bijou bien connu parmi les bijoux de nos jours. C’est l’un des plus anciens.

Il a reçu son nom en raison de sa technique de fabrication très différente de celle des autres bijoux : il est coulé soit sur un moule en métal, sur une matrice taillée dans la cire et insérée dans un moule en argile (technique dite de la « cire perdue »).

C’est de cette technique que lui est venu le nom.