Organisation sociale des peuls

ORGANISATION SOCIALE DES NOMADES PEULS

Les éleveurs peuls ont construit leur identité à partir de quatre grandes divisions familiales en harmonie avec les éléments de la nature, et suivant la couleur des robes des bovins. Les éleveurs peuls, qui vivent au rythme de leurs troupeaux de vaches et de leurs besoins, ont une connaissance pointue de la nature et de son cycle, notamment les mouvements des astres et le cycle des saisons. Ce lien avec la nature, leur a permis de construire une identité qui les place sous la voûte céleste, dont les repères demeurent les points cardinaux et les étoiles. L’identité des peuls doit être comprise dans le contexte de son lien cosmique : l’homme en harmonie avec la nature à partir de laquelle il trouve son activité (élevage) et sa raison de vivre (la vache). 

peuls wodaabe gerewol

Les 4 divisions familiales

Le statut social des quatre familles à l’origine des éleveurs peuls se présente comme suit  : Jal ou Jallo (Dial, Diallo), Ba, Bari, Soh (Sow). À chaque famille est associée une direction, un élément de la nature, une couleur de robe de bovin auquel il s’identifie. 

Priorité aux lignages

Un des traits les plus pertinents de cette division familiale réside dans la nécessité de placer l’identité de l’individu dans sa famille en rapport avec le monde plutôt que dans sa famille restreinte : l’individu appartient à son lignage avant d’appartenir à sa famille.

Les Diallo

Jal ou Jallo est associé à l’est, au soleil levant, et à la vache de couleur jaune comme symbole. Les Dial, pluriel de Diallo sont essentiellement pasteurs et propriétaires des connaissances relatives à l’élevage pastoral, figurées par le feu allumé au milieu du campement, la nuit. 

Les Ba

Leur place est à l’Orient, le foyer d’origine des bergers peuls. Symboliquement, Bâ campe à l’Ouest, le couchant, et est associé à la vache de couleur rouge. Les BaaBé pluriel de Bâ sont par tradition des hommes d’armes chargés de guerroyer. 

Les Soh

La famille des Soh occupent traditionnellement le Sud et ont comme symbole la vache de couleur noire. Les SowBè pluriel de Sow, vivent en marge des autres familles et détiennent les connaissances initiatiques concernant la brousse, les végétaux. 

Les Bari

Bari est placé au nord, avec la vache de couleur blanche comme symbole. Les BariBè pluriel de Bari forment le dernier des clans mythiques, où se recrutent depuis les conversions à l’islam, les marabouts et les lettrés religieux. 

La tradition des ancêtres

Habituellement, dans les sociétés traditionnelles, un individu peut valoriser ses actes en évoquant comme référence la tradition des pères ou des ancêtres. Dans cette société traditionnel homogène, l’ordre des choses tel qu’il est perçu par ses membres constitue la Loi, c’est à dire un code à travers lequel sa culture comprend l’univers. Si l’individu se conforme à cet ordre, sa vie se déroulera avec une grande sécurité morale — néanmoins il aura dès son arrivée dans le monde sa place assignée selon des catégories définies à l’avance.

La voie peule

Les Peuls nomment leur “Loi” suivant une expression d’ordre spatial, la Voie peule (laawol fulfulde). Le bétail n’est pas là pour produire de la viande. Les abattages n’ont lieu que lors des grandes cérémonies, et les animaux castrés ne représentent qu’une très faible proportion du troupeau. Mais le bétail sert à renvoyer à l’homme son image. L’accent est mis sur « les vaches » dans la société peule — et non pas sur « les bœufs » — la société pastorale est le contraire d’une société productrice de viande mais qu’en revanche, elle produit du lait.

Les bergers du Soleil

Le soleil est l’astre de référence chez les éleveurs nomades peuls.

Le signifiant peul du « soleil » (« naange ») se partage avec deux autres, “vache” et “ feu”, une même classe lexicale, ce qui fait suppose la possibilité d’une religion peule antéislamique basée sur ces trois éléments. 

La langue peule décrit « l’œil du soleil » (la course du soleil) comme s’il « jaillissait » (de la terre ou de l’eau, comme une plante) pour « plonger » (dans l’eau). Dans le campement les femmes se placent du côté du lever et les hommes, du côté du coucher. 

peuls wodaabe gerewol