Plateforme de projets

plateforme de projets

FAIRE DES PROJETS DANS LE DOMAINE DU PASTORALISME

PLATEFORME BENEVOLES

Nous recherchons des associations, des entreprises ou des particuliers pour aider nos porteurs de projets

PLATEFORME PROJETS

Vous êtes porteur d'un projet sur le pastoralisme, et vous souhaitez candidater, remplissez le formulaire

Projets de développement ou projets de création d’entreprises

Notre association met en place cette année une plateforme pour réaliser des projets dans le domaine du pastoralisme. Plusieurs axes sont possibles. On trouve notamment les problématiques suivantes  :

Les filières d’approvisionnement en aliments de bétail
L’hydraulique pastoral
Valoriser les savoirs pastoraux endogènes pour une meilleure éducation à la paix
Favoriser la sécurité en informant les éleveurs pasteurs sur les différents codes pastoraux
La filière laitière avec la possibilité de mettre en place des activités génératrices de revenus

Vous trouverez ici les différents réseaux d’éleveurs œuvrant dans le secteur

Les organisations pastorales sont importantes pour le devenir actuel des sociétés pastorales. Elles contribuent à aider à la réappropriation du patrimoine foncier, technique ou culturel, et à la réhabilitation de pouvoir locaux.

Ce sont les lieux de regroupement des éleveurs pasteurs. Les organisations pastorales  représentent la clé de voûte du maintien et de la préservation de la production pastorale et du mode de vie des éleveurs.

FONCTIONNEMENT DE LA PLATEFORME DE PROJETS

Notre objectif est de mettre en relation des porteurs de projets avec des accompagnateurs, associations, entreprises ou particuliers. Pour l’instant nous recherchons une personne pour animer notre plateforme.

QUELS PROJETS POUR LE PASTORALISME ?

Il est important de comprendre que le pastoralisme est un système à usage multiple des terres, et pas simplement une forme de production de bétail. Il faut investir dans le pastoralisme comme une forme de stratégie d’utilisation des terres, par opposition au système promouvant exclusivement la production du bétail.

Afin d’accentuer l’autonomisation des pasteurs, il est  impératif de leur donner le pouvoir de prise de décision. C’est ce qui va leur permettre de définir eux-mêmes leurs objectifs et priorités de développement.

Au cours de la décennie écoulée, un certain nombre de changements ont permis d’améliorer le développement du pastoralisme. Il s’agit notamment de l’attention portée aux droits humains, et une nouvelle perception de l’écologie des parcours et des milieux arides.

On note de plus en plus l’acceptation du pastoralisme comme système moderne de production du bétail. Malgré ce changement, les anciens préjugés et les malentendus demeurent profondément ancrés.

Les attitudes des pasteurs en matière de gestion des ressources naturelles sont profondément ancrées dans leur culture. Il existe des règles régissant la manière dont les ressources peuvent être utilisées, à quel moment et par qui.

Par exemple, dans la tradition pastorale, les arbres sont souvent bien protégés, notamment pour leur valeur économique (la production d’ombre, de fourrage, d’aliment, de remède, etc.).

Qu’il s’agisse de pâturage, d’eau ou de biodiversité, il est clair que beaucoup de pasteurs accordent profondément de la valeur à leur environnement naturel, et recherchent sa protection et sa gestion durable.

La situation des droits humains des pasteurs nomades

Selon le Commissariat des Nations Unies aux Droits Humains (UNHCR), en Afrique, on peut classer les pasteurs nomades comme étant des Populations Autochtones, dès lors qu’ils sont culturellement différents du reste de la population d’un pays. Dans son rapport annuel de 2007, il met l’accent sur la situation des droits humains et des libertés fondamentales des populations autochtones. Il a affirmé que la protection des droits des populations pastorales constitue un des principaux défis des populations autochtones pour l’avenir.

Les approches en matière de développement mettent maintenant un plus grand accent sur le fait de développer les populations plutôt que de développer leur base de production. Ce qui implique davantage la communauté à s’engager dans son développement.

Il a recommandé que « des projets de développement puissent permettre aux populations pastorales, si elles le désirent, de préserver leur style de vie; et que les terres traditionnelles nécessaires pour ce faire soient développées avec une participation autochtone ».

La période écoulée a connu un regain du succès des projets de développement pastoraux fondé sur les principes d’autonomisation et de participation. Cela a coïncidé avec une meilleure compréhension des environnements des milieux arides.