• ACCUEIL
  • OBJET
  • REGION/CIBLES
  • ACTIVITES
  • S’ENGAGER
  • RESSOURCES
  • DONS
  • ACTUS

SAVOIRS ENDOGÈNES DE PRÉVENTION ET GESTION DES CONFLITS

Les sociétés humaines génèrent des valeurs et des fonctionnements qui consolident les relations entre ses membres. Ces fonctionnements dits endogènes prévoient ses propres outils de prévention, de gestion et de résolution des conflits. Le sahel regorge d’outils propres notamment les proverbes, les contes, les alliances à plaisanterie et dérivés, les totems. Le proverbe est une formule langagière contenant une morale, expression de la sagesse populaire ou une vérité d’expérience que l’on juge utile de rappeler. Dans un contexte de conflit ou de difficultés, les Maîtres de la parole, peuvent ramener la sérénité et le calme avec une parole de sagesse ou un proverbe. Les alliances à plaisanteries sont caractéristique des relations humaines. Le totem est un objet matériel auquel l’individu témoigne un certain respect, parce qu’il croit qu’entre sa propre personne et l’objet déterminé, il existe un lien qui gouverne sa vie. Le totémisme forge une conscience collective et crée une communauté de personnes liées par le même totem et qui sont obligées de se porter assistance et de ne jamais porter atteinte de quelle que manière que ce soit à un membre de cette communauté. Par ailleurs, toutes les communautés ayant le même totem constituent des fratries et sont liées par un pacte de non-agression.
Ces pratiques ne sont plus prises en compte de nos jours parce que les acteurs africains intellectuels, politiques ou décideurs ne pensent plus, ni dans leurs cultures, ni dans leurs langues. Les solutions sont importées de l’extérieur sans prise en compte des réalités locales. Les systèmes scolaires et universitaires sont en déphasage avec le vécu et les cultures des populations qui les consomment. Ce choc de civilisation doit motiver l’étude approfondie des outils endogènes de prévention, de gestion et de résolution des conflits en Afrique, afin que les communautés africaines retrouvent leurs repères.

Conte qui symbolise les valeurs de notre association, la solidarité des éleveurs

Trois taureaux très solidaires réussissaient toujours à faire opposition à un lion qui voulait les dévorer. Ayant compris que la solidarité était le véritable obstacle à l’assouvissement de son appétit, le lion use de ruse et parvient à désolidariser les trois amis en brisant leur union. Désormais esseulés, chacun se retrouve à la merci du lion qui les dévore l’un après l’autre.

Forces
– Ce conte montre clairement l’importance de l’union, de la solidarité.
– Il souligne la nécessité d’user de discernement dans l’appréhension des informations que l’on reçoit surtout quand celles-ci sont de nature à semer le trouble, la division.
– Ce récit insiste sur le fait que chacun, à quelque niveau qu’il se situe, est un noyau essentiel de la cohésion sociale. En clair, la force et la survie de toute communauté ne résident que dans l’union de ses membres.

LA MOBILITÉ EST-ELLE FACTEUR DE CONFLIT ? QUE DIT LA LOI ?

Charte pastoral du Mali

« Sur toute l’étendue du territoire malien, les animaux peuvent être déplacés pour les besoins de l’élevage sédentaire, de l’élevage
transhumant ou de l’élevage nomade. » (Art. 14). « Le déplacement des animaux se fait sur les pistes pastorales. Celles-ci sont constituées de pistes pastorales locales et de pistes de transhumance. » (Art. 15). « Les collectivités territoriales assurent la gestion des pistes pastorales
avec le concours des organisations de pasteurs. » (Art. 16). «

Loi pastorale du Niger

« La mobilité est un droit fondamental des éleveurs, pasteurs nomades et transhumants. Ce droit est reconnu et garanti par l’État et les
collectivités territoriales … La mobilité constitue un mode d’exploitation rationnelle et durable des ressources pastorales et ne peut être entravée que de manière temporaire et pour des raisons de sécurité des personnes, des animaux, des forêts et des cultures dans les conditions définies par les textes en vigueur. » (Art. 3).

MENU