Sécheresse & transition écologique

SÉCHERESSE & TRANSITION ÉCOLOGIQUE

Sécheresses endémiques

Des catastrophes climatiques ont déjà été attestées au Sahel. Le rythme depuis vingt ans est de trois sécheresses par décennie. Il est à noter que l’on y comptait au  XIXe siècle une seule grande sécheresse tous les cinquante ans.

Ressources naturelles

Pour les éleveurs, la perte de pâturages qui découle des sécheresses successives est donc non seulement d’ordre quantitatif, mais aussi qualitatif. Ce contexte de raréfaction des terres et de l’eau se traduit par un phénomène croissant de concurrence autour des ressources naturelles.

Perte de la biodiversité

Le nombre de graminées identifiées en zone pastorale est tombé de soixante à cinq espèces en une génération. Or, contrairement à ce que l’on pourrait penser, les graminées poussant en zone aride ont une très grande valeur nutritive.

Accaparement des terres

L’une des manifestations les plus graves pour les pasteurs est le processus d’accaparement des terres par des investisseurs de tous horizons.  Des locaux comme des étrangers. C’est ainsi que les pasteurs nomades se voient progressivement spoliés de leurs plus riches pâturages.

Notre cause
La perte des parcours pastoraux sont un désastre
Nous mobilisons les jeunes pour la transition écologique
Perte des terres pastorales
Destruction des terres pastorales
Les éleveurs nomades sont contraints de faire des détours de plusieurs dizaines de kilomètres. Parfois ils doivent d’emprunter des couloirs de passage pour traverser leur terroir pastoral traditionnel.
Migration au Sud
Mobilité nécessaire
Refoulés par la désertification qui progresse au nord, et relégués dans les zones les plus déshéritées, les éleveurs n’ont d’autre choix que de descendre toujours plus au sud.
Résilience des pasteurs
Contraintes et adaptation
Ils ont fini par adapter leurs troupeaux au climat subéquatorial centrafricain. Tandis que les agriculteurs, également en quête de terres, n’ont cessé de défricher toujours plus au nord, jusqu’aux limites de la zone aride.
Aggravation des conflits
Exode des populations
Aujourd’hui, le manque d’espace et la dégradation des récoltes par les troupeaux a nourri une telle désespérance et de telles rancœurs que les conflits dégénèrent de plus en plus fréquemment en batailles sanglantes.