• ACCUEIL
  • ASSOCIATION
  • STRATEGIE
  • CONTEXTE/CIBLES
  • ACTIVITES
  • S’ENGAGER
  • RESSOURCES
  • DONS

LA DIASPORA DES PASTORALISTES

Définition du mot diaspora

Un vocable à multiples sens

À partir des années 1970-1980 le mot diaspora se voit doté du simple sens de population vivant hors d’un centre originel (homeland). Selon des auteurs, les minorités d’ascendance immigrée qui développent de forts liens avec un pays d’origine sont les diasporas de l’ère moderne. Assimilé à l’émigration d’un centre d’origine fortement investi, le mot diaspora est vidé de toute signification sociologique propre et réintégré dans les discours sur la nation. De fait, à partir des années 1990 quand la facilité des communications porte les migrants et leurs descendants à multiplier les liens avec leur pays d’origine, nombre de gouvernements font appel à leur ‘patriotisme’ afin de mobiliser leurs votes, ressources financières et expertises.

Diaspora et développement

Une diaspora engagée

La migration peut représenter un facteur positif dans le cadre du développent des pays d’origine, notamment par le biais de deux principaux canaux : les rapatriements de fonds et les migrations de retour. Les rapatriements de fonds constituent une source importante de flux financiers vers la région ; ils ont triplé depuis 1990 pour atteindre plus de 12 milliards de dollars E.-U. en 2008. Pour le Maroc et le Sénégal, ils représentaient 8 pour cent au moins du PIB. Ces flux peuvent contribuer directement au développement en appuyant les revenus dans les pays d’origine, et indirectement dans la mesure où les rapatriements de fonds contribuent à soutenir l’éducation, l’infrastructure et l’investissement dans le secteur privé

Diaspora et enseignement du pulaar

Tabital Pulaaku, un objectif à atteindre

Tabital Pulaaku est une association internationale ayant pour principales finalités la promotion du pulaar (ou fulfulde) et la fédération des populations peules afin d’appuyer des programmes de développement socio-économique et culturel. Fondée à Bamako en 2002, Tabital Pulaaku Internationale repose sur un vaste réseau d’associations présentes en Afrique (Niger, Guinée, Sénégal, Cameroun, Burkina-Faso, Nigeria, Mauritanie, etc.), mais aussi en Europe (Belgique, France, Espagne, Portugal, Italie, Allemagne, etc.7) et aux États-Unis, en raison d’un important mouvement migratoire. Cette association, a pour devise Kawrenn toownen pulaaku (« Unissons-nous pour élever le pulaaku »).

Dès sa fondation, Tabital Pulaaku Internationale s’est inscrite sur des réseaux transnationaux existants et a bénéficié de l’expérience des acteurs déjà impliqués dans les mouvements de promotion de la culture et de la langue peules.  Les sections européennes de l’association prennent en considération le contexte migratoire dans les activités qu’elles proposent. Elles affichent la volonté d’enseigner la langue et la culture de leur pays d’origine aux migrants, et surtout aux enfants nés en France, tout en participant au développement de l’Afrique par la mise en place de réseaux culturels et d’échanges. Ces sections se rapprochent ainsi des associations de ressortissants africains engagées dans des projets de développement des villages ou des régions dont ils sont originaires. L’intégration de la communauté peule dans le pays d’accueil et la cohésion entre les ressortissants africains issus de la diaspora font également partie de leurs missions. L’organisation de festivals culturels, qui répond, à ces divers objectifs de promotion de la langue et de la culture auprès des migrants et des populations des pays dans lesquels ils vivent, est une de leurs principales activités. Anais LEBLON