• TAWAANGAL
  • OBJET
  • REGION/CIBLES
  • ACTIVITES
  • S’ENGAGER
  • RESSOURCES
  • OUTILS
  • DONS
  • BLOG

Copyright Alfred Weidinger

PARTAGER

BIENVENUE SUR TAWAANGAL PASTORALISME

L’association Tawaangal accompagne les éleveurs nomades du sahel. Elle sensibilise les décideurs, les bailleurs de fonds, le grand public sur l’importance de l’élevage mobile au Sahel pour la sécurité alimentaire et la lutte contre la pauvreté. L’élevage pastoral n’est pas archaïque, des préjugés qui datent de la colonisation l’ont fortement déconstruit.

Selon l’IUCN, (Union Internationale pour la Conservation de la Nature et des Ressources Naturelles) le pastoralisme-ou l’élevage extensif dans les pâturages- est l’un des systèmes alimentaires les plus durables de la planète. Il joue un rôle majeur dans la préservation du capital naturel dans un quart de la superficie terrestre.

LES CONFLITS SE MULTIPLIENT

Trouver des solutions aux conflits

La mobilité est

La mobilité est une pratique économique

La mobilité de l’élevage est associée à des conflits parfois extrêmement violents. En grande partie liés à une pression accrue sur les ressources et à des entraves croissantes à la mobilité de l’élevage, ces conflits conduisent de nombreux décideurs à vouloir sédentariser les systèmes d’élevage

La mobilité préserve l'environnement

Or, seul l’élevage mobile permet la mise en valeur de vastes territoires non adaptés aux cultures. Dans certaines zones rurales, il est ainsi une source d’emplois et de revenus essentielle. Il constitue en particulier la principale activité économique rurale du Sahel, où peu d’alternatives licites existent. (PRAPS)

L'élevage nomade n'est pas archaique

Dans le pastoralisme, les différents régimes de mobilité développés en réponse aux contraintes du milieu aride s’accompagnent de techniques, de savoir-faire, d’organisations sociales et familiales

L'élevage nomade n'est pas contemplatif

Le suivi comparatif de troupeaux en zone sahélienne nigérienne a montré que la productivité des systèmes d’élevage sédentaire est inférieure de 20 % à celle des troupeaux les plus mobiles.

L'élevage nomade est durable et productif

Au Sahel, l’élevage est pastoral s’appuyant sur des pratiques ancestrales le plus souvent. La région compte 38,2 % de zones arides, peu favorables au développement de la production végétale.

La formation des jeunes éleveurs et leur insertion sont primordiales pour la promotion du pastoralisme

L'ASSOCIATION TAWAANGAL PASTORALISME

L’association va tenir compte dans ses projets et activités du principe « Do not harm » dans les zones de conflits, son but est d’éviter d’aggraver le climat d’instabilité et de violence. L’association souhaite contribuer à la paix à travers l’amélioration des conditions de vie des éleveurs mobiles

L’objectif général de l’association est de contribue à la réduction de la pauvreté des éleveurs nomades du sahel par la mise en place d’actions innovantes en faveur du pastoralisme mobile traditionnel. La priorité est de valoriser l’image du secteur pour impliquer les jeunes, et permettre leur insertion.

Les activités vont consister à organiser des conférences de sensibilisation sur les enjeux du l’élevage mobile au Sahel, l’association  co -construit des projets d’accès à l’eau potable dans les zones pastorales, elle met en place des campagnes de plaidoyer pour ses partenaires locaux et bénéficiaires

Soutenez notre projet de puits au Niger
Un puits pour soulager les enfants des corvées de puisage

LES PROCHAINS ÉVÉNEMENTS

Les prochains éventements de l’association sont : un stand sur le forum des associations à Versailles pour se faire connaitre, le Village d’Alternatiba en octobre et le Festival des solidarités au mois de novembre.

A SAVOIR

5 Idées reçues sur le pastoralisme

L’élevage pastoral est-il l’affaire des pays du Sahel ? Est-il réellement moins performant que des systèmes d’élevage sédentarisés ? Divise-t-il la région ? Réalisée dans le cadre du Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS) soutenu par le CILSS, la CEDEAO, l’UEMOA et la Banque mondiale, cette note s’attaque à 5 idées reçues sur l’élevage pastoral au Sahel et en Afrique de l’Ouest. Nous vous invitons à télécharger cette synthèse  ICI

La désertification

La désertification ne correspond pas à l’avancée du désert, mais à une destruction progressive du sol. On l’observe sous la pression du climat et à la suite de diverses pratiques agricoles et/ou d’aménagement du territoire non adaptées. La pauvreté est une conséquence directe du manque de terre agricole. C’est en zone aride que l’on retrouve les personnes les plus pauvres et marginalisées du monde. Nous vous invitons à télécharger l’ouvrage ICI

La sécheresse

Les températures en Afrique de l’Ouest, et particulièrement dans le Sahel, ont évolué quelque peu plus rapidement que la tendance mondiale, avec des augmentations allant de 0,2°C à 0,8°C par décennie depuis la fin des années 1970 dans les zones sahélo-saharienne, sahélienne et soudanienne. La hausse observée est toutefois plus importante sur les températures minimales. Pour en savoir plus, nous vous invitons à télécharger l’ouvrage ICI

MBODAGANSI

Les wodaabe pratiquent une sagesse
millénaire appelé le mbodagansi

NOS PARTENAIRES

MENU
TAWAANGAL PASTORALISME