• ACCUEIL
  • OBJET
  • REGION/CIBLES
  • ACTIVITES
  • S’ENGAGER
  • RESSOURCES
  • DONS
  • ACTUS
  • BLOG
slider loading

APPRENDRE A CONNAITRE LES PASTEURS NOMADES
Image is not available
l'acces à l'EAU

La recherche de l'eau pour abreuver les troupeaux est une tâche fondamentale pour les éleveurs des zones arides

Image is not available
ALIMENTATION ET PATURAGE

La recherche de pâturage occupe une partie du temps du berger qui est mobile sur de longues distances

Image is not available
la mobilite

La mobilité est essentielle dans la vie des éleveurs du sahel,. La famille entière se déplace pour suivre le troupeau.

Les nomades peuls

Ce sont les grands derniers éleveurs nomades du Sahel. Les sécheresses récurrentes, les conflits, l'urbanisation met en péril une technique de préservation de l'environnement qui date des siècles.

previous arrow
previous arrow
next arrow
next arrow
Shadow
Slider

ASSOCIATION TAWAANGAL, ETRE NOMADE AU SAHEL

MISSION, OBJECTIF & ACTIVITÉS

L’association va tenir compte dans ses projets et activités du principe « Do not harm » dans les zones de conflits, son but est d’éviter d’aggraver le climat d’instabilité et de violence. L’association souhaite contribuer à la paix à travers l’amélioration des conditions de vie des éleveurs mobiles

L’objectif général de l’association est de contribue à la réduction de la pauvreté des éleveurs nomades du sahel par la mise en place d’actions innovantes en faveur du pastoralisme mobile traditionnel. La priorité est de valoriser l’image du secteur pour impliquer les jeunes, et permettre leur insertion.

Les activités vont consister à organiser des conférences de sensibilisation sur les enjeux du l’élevage mobile au Sahel, l’association  co -construit des projets d’accès à l’eau potable dans les zones pastorales, elle met en place des campagnes de plaidoyer pour ses partenaires locaux et bénéficiaires

ETRE PASTEURS NOMADES, UN MODE DE VIE

L'élevage nomade n'est pas archaique

Dans le pastoralisme, les différents régimes de mobilité développés en réponse aux contraintes du milieu aride s’accompagnent de techniques, de savoir-faire, d’organisations sociales et familiales

L'élevage nomade n'est pas contemplatif

Le suivi comparatif de troupeaux en zone sahélienne nigérienne a montré que la productivité des systèmes d’élevage sédentaire est inférieure de 20 % à celle des troupeaux les plus mobiles.

L'élevage nomade est durable et productif

Au Sahel, l’élevage est pastoral s’appuyant sur des pratiques ancestrales le plus souvent. La région compte 38,2 % de zones arides, peu favorables au développement de la production végétale.

Le pastoralisme est plus qu’un système de production extensif exploitant le milieu naturel, c’est aussi un mode de vie. Souvent confiné à des régions subissant de fortes contraintes environnementales, il est soumis directement aux aléas du climat et des ressources. Le pasteur doit faire ce, probablement plus que bien d’autres groupes socioprofessionnels, à des risques divers en rapport avec le milieu. Il est aussi exposé à certaines insécurités sociales ou politiques. S’y ajoute une faible sécurité foncière. La viabilité et la pérennité de son activité résulte de tout un jeu de stratégies de gestion de ces risques. Le troupeau étant son principal moyen de production, le pasteur lui consacre une grande part de ses efforts. Pour réduire les risques qu’il encourt, il applique une série de mesures qui garantissent, jusqu’à un certain point, aux animaux l’affouragement, l’abreuvement, la santé, la protection contre les prédateurs. Mais il accepte aussi une part de risque. A côté de cela, les institutions publiques et privées ainsi que les projets disposent de la faculté d’appuyer ou de soutenir certaines stratégies réduisant les risques encourus, soit ordinaires, soit en cas de catastrophes, et de prendre en compte la viabilité à long terme du système et de l’environnement. Sur le plan des méthodes, il convient de comprendre ce qui motive les comportements des pasteurs pour mettre en place, en concertation avec eux, des mesures atténuant les risques spécifiques à leur condition.

DÉCOUVRIR LE PASTORALISME SAHELO-SAHARIEN

LES RÉCENTES ACTIVITÉS DE L'ASSOCIATION

Tawaangal participe à une exposition itinérante dédiée à la coopération internationale

Pour célébrer les 10 ans de la politique départementale “Yvelines, partenaires du développement”, le Département des Yvelines a confié à YCID, en partenariat avec le Département de l’Essonne, la réalisation d’une exposition itinérante dédiée à la coopération internationale. Intitulée “InterActions : Essonniens et Yvelinois s’engagent pour la coopération internationale“, l’exposition présente en 36 panneaux ce qui motive l’engagement dans la solidarité internationale des acteurs de notre territoire et l’illustre à travers le témoignage des associations, communes, écoles… porteurs de projets, et à travers le témoignage de ceux qui animent ou bénéficient des projets dans les pays du Sud.

Title

Title

FORUM DES CULTURES NOMADES DU 22 NOVEMBRE

Cette conférence avait pour objectif d’appuyer les groupes d’éleveurs du Sahel qui prônent l’instauration d’une culture de la paix grâce au développement et à l’éducation. L’association mène une campagne de renforcement des capacités de plaidoyer des éleveurs nomades du Sahel, elle a donc focaliser son attention sur un groupe d’éleveurs du Niger et leur Forum Social.

2ème TABLE RONDE

Dans l’après-midi a eu lieu une table ronde sur l’assemblée générale des wodaabe : deux thèmes ont été mis en valeur : la genèse d’un rassemblement citoyen, et les danses de revendications chez les nomades du Niger avec Sandrine France, ex-assistante de réalisation de films documentaires, et Mahalia Lassibille, anthropologue africaniste, maître de conférences au département danse de l’université.

2ème CONFERENCE

La seconde conférence porte sur les Pastoralismes du monde : depuis plus de 20 ans le festival du film Pastoralismes et Grands Espaces a présenté des dizaines de films sur tous les pastoralismes, ce qui a permis de faire le constat d’un destin commun des éleveurs pasteurs confrontés aux défis de la mondialisation, par Yves Raffin, ingénieur pastoraliste, DEA d’écologie appliquée.

La formation des jeunes éleveurs et leur insertion sont primordiales pour la promotion du pastoralisme

CE QU'IL FAUT SAVOIR SUR LE PASTORALISME

LES NOTIONS QU'IL FAUT MAITRISER

5 Idées reçues sur le pastoralisme

L’élevage pastoral est-il l’affaire des pays du Sahel ? Est-il réellement moins performant que des systèmes d’élevage sédentarisés ? Divise-t-il la région ? Réalisée dans le cadre du Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS) soutenu par le CILSS, la CEDEAO, l’UEMOA et la Banque mondiale, cette note s’attaque à 5 idées reçues sur l’élevage pastoral au Sahel et en Afrique de l’Ouest. Nous vous invitons à télécharger cette synthèse  ICI

La désertification

La désertification ne correspond pas à l’avancée du désert, mais à une destruction progressive du sol. On l’observe sous la pression du climat et à la suite de diverses pratiques agricoles et/ou d’aménagement du territoire non adaptées. La pauvreté est une conséquence directe du manque de terre agricole. C’est en zone aride que l’on retrouve les personnes les plus pauvres et marginalisées du monde. Nous vous invitons à télécharger l’ouvrage ICI

La sécheresse

Les températures en Afrique de l’Ouest, et particulièrement dans le Sahel, ont évolué quelque peu plus rapidement que la tendance mondiale, avec des augmentations allant de 0,2°C à 0,8°C par décennie depuis la fin des années 1970 dans les zones sahélo-saharienne, sahélienne et soudanienne. La hausse observée est toutefois plus importante sur les températures minimales. Pour en savoir plus, nous vous invitons à télécharger l’ouvrage ICI

MBODAGANSI

Le chemin des wodaabe

NOS PARTENAIRES