Réseau des éleveurs nomades

éleveurs nomades

ORGANISATION DES RÉSEAUX DE NOMADES

Les réseaux, associations et organisations qui représentent les intérêts des éleveurs nomades ou transhumants jouent un rôle important pour la sensibilisation des éleveurs, par la participation aux divers forums internationaux les concernant.

LES ORGANISATION DE BERGERS NOMADES

Dispositifs institutionnels formelles des éleveurs nomades

Les institutions des éleveurs nomades ou transhumants, tels que leurs organisations tribales, leurs réseaux d’information et leurs systèmes de prise de décisions, sont adaptés (à travers la mobilité du troupeau, le partage des ressources, la gestion de conflits) à la gestion de vastes territoires et à la gestion d’un fonds de ressources variable et imprévisible.

Les organisations pastorales sont structurées en coopératives et associations. On observe deux types associations pastorales : les grandes associations et les associations de base (groupements pastoraux) beaucoup plus territorialisées. Les groupements pastoraux sont localisés dans les communes, les villages et autour des points d’eau.

Les organisations de base sont constituées d’hommes et de femmes représentant les relais communautaires des grandes associations pastorales du département.
Elles sont pour objectifs l’amélioration des moyens d’existence de leurs membres, la gestion des ressources naturelles et la lutte contre la pauvreté et l’injustice sociale.

Les leaders des associations pastorales et des groupements sont des leaders pastoraux, des lettrés, des retraités qui animent ces structures. Dans la plupart des cas, ils sont originaires de leur zone d’intervention ou d’action.

Historique des organisations pastorales

Les premières associations pastorales datent des années 1990 et répondent à la faiblesse des interventions de l’État en milieux pastoraux. Le contexte de la création de ces structures associatives est lié à la détérioration des conditions de vie des pasteurs et à la recrudescence des conflits entre agriculteurs et éleveurs. Ces mouvements associatifs constituent de nos jours des acteurs émergents de la scène sociopolitique locale.

Les associations pastorales sont des structures communautaires et indépendantes, ayant un schéma organisationnel hiérarchique. Elles sont bien structurées du niveau national au local avec des représentations actives au sein des collectivités territoriales

L’objectif général des organisations pastorales s’inscrit dans l’amélioration des moyens d’existence de leurs membres et la gestion des risques socio-politiques, économiques et sanitaires des éleveurs.

Les objectifs de groupements pastoraux  mettent en avant l’amélioration des conditions de leur vie. Ils visent aussi des activités génératrices de revenu (AGR) et la gestion des conflits autour des ressources naturelles. 

L’association pastorale constitue donc un canal par lequel les éleveurs accèdent au débat public.

Les groupements pastoraux mixtes

Ce sont des organisations composées d’hommes et de femmes. Ces acteurs associatifs ont des objectifs  concernant la réduction de la vulnérabilité, le commerce, l’accès aux services sociaux de base, la gestion des conflits et une meilleure gouvernance.

Au-delà de la lutte contre la vulnérabilité des éleveurs, l’objectif visé par ces institutions pastorales est politique. Ils ont compris que l’accès aux ressources pastorales et services sociaux économiques dépendent de la maîtrise de l’information.

Les réseaux des éleveurs nomades

En Afrique de l’Ouest, les organisations de pasteurs et d’éleveurs ont mis en place un réseau, le Réseau Billital Maroobe (RBM) des organisations d’éleveurs et pasteurs d’Afrique.

Il constitue un cadre régional de  référence pour les éleveurs et les pasteurs qui œuvrent pour la défense de leurs intérêts économiques, politiques, sociaux et culturels.

Le RBM rassemble actuellement des organisations pastorales du Mali, du Niger, du Burkina Faso, du Nigeria, de Mauritanie, du Sénégal et du Bénin.

Organisations pastorales

Les organisations pastorales représentent de véritables enjeux pour le devenir actuel de ces sociétés. Elles sont susceptibles d’aider à la réappropriation d’un patrimoine foncier, technique ou culturel, et à la réhabilitation de pouvoir locaux.

Lieux de regroupement des pasteurs, elles sont conçues comme des carrefours d’enjeux, les organisations pastorales  représentent la clé de voûte du maintien et de la préservation de la production pastorale et du mode de vie des éleveurs.