Pulaaku ou l’art d’être peul

Pulaaku ou l'art d'être peul

Les nomades peuls font souvent référence à la pulaaku, un terme qui se compose de la racine ful- et du suffixe -aaku. Le suffixe -aaku caractérise les noms abstraits désignant un statut social et les qualités ou les comportements qui lui sont rattachés. Le terme pulaaku exprime donc le fait d’être peul. On peut parler de la foulanité  en tant que conscience d’une identité durable unissant les groupes peuls.

La pulaaku, une attitude

Tandis que la notion de liberté est revendiquée en référence au mode de vie transhumant, le comportement de l’individu est constamment contraint par des codes rigides. Le mode de vie lié à l’élevage et les contraintes climatiques imposent cette exigence quotidienne. Ces deux aspects donnent lieu à une attitude qui permet de dominer les aléas d’un environnement souvent hostile.

La pulaaku comme règle

A travers la pulaaku, les chercheurs ont découvert une tradition qui relie des groupes divers. L’origine se trouverait dans la vie pastorale, autrefois commune à tous, et dans le lien qui les unissait à leur bétail. La pulaaku est souvent présentée comme un phénomène socio-culturel. A partir d’une notion diffuse de la nature et de la spécificité des peuls s’est développée l’idée d’une règle sociale.

Vivre le pulaaku

L’essence même des règles de la pulaaku, ou la valeur qu’il permet de réaliser, c’est l’absence de besoins. L’absence de besoins, c’est non seulement surmonter ses besoins physiques ou matériels, mais aussi accepter un renoncement social, c’est-à-dire étouffer des ambitions et éviter toute sorte de prépondérance sociale. On n’attend pas de preuves positives d’une adhésion à la communauté.

La pulaaku une sagesse

Ce sont plutôt les égards envers soi-même, envers sa propre valeur qui sont exigés. Cette aptitude réside dans l’absence de besoins, par le renoncement et le contrôle de soi. Toutefois, cette idée d’exemplarité n’est pas une idée morale. Enfreindre ces règles, ou ces vérités, ce n’est pas dépasser des limites qui seraient fixées de l’extérieur. Le non-respect de ces règles est la preuve d’une faiblesse, vis-à-vis de soi-même.

La pulaaku, un idéal de vie

La pulaaku, est de nature plus esthétique que morale. Ce qu’on exige, ce n’est pas l’adhésion à l’autre et à la communauté, mais la réalisation d’une forme d’idéal.

shares
mattis id consequat. efficitur. risus. fringilla ut pulvinar luctus suscipit dictum ante.